Poésie de l'Art

credo non credo

Odilon Redon - Ombre au sommeil
je ne crois pas aux rimes éternelles
à la vérité blanchie par les ans
aux serments ritournelles
aux adorateurs tremblants

je crois à la douce larme
à la beauté de l’instant
au rêve révélateur d’âme
malgré toi

je ne crois pas au vacarme du passé
simple voie du hasard
et de préjugés
revenants peupler le présent

je crois que rien n’est infini
rien n’est certain
tout en devenir
même l’amour

je ne crois pas à l’histoire
usine à mensonges
toujours en retard
sur la vie qu’elle écrit

je crois à la divine fragilité des mots
à la chaleur persistante du corps
à la jeunesse ardente
aux heures indécises
quand le jour assombri
ne sait pas encore
qu’il est devenu nuit

je ne crois pas aux danses infidèles
à la sagesse miracle
paravent de lâcheté
aux souvenirs sepia
des émotions volées

je crois à l’intégrité de l’âme
reçue comme un don
mûrie par l’effort
peuplée d’instincts
et de sensations
je ne crois pas au destin imposé
par la volonté imparable
d’une raison impératrice
tout est construction
par l’imagination

je crois à la force invincible
du cœur meurtri
à la parole de l’ami
perfusion de vie
au soutien des vents invisibles
qui te maintiennent debout

je crois à un avenir
construit sans promesses
je crois en toi
malgré mes faiblesses

Texte: Luc Fayard
illustré de :
Ombre au sommeil, d'Odilon Redon
voir une autre mise en scène avec des images Dall.e

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

Contact Me

Nom

E-mail

Message